PHOTO 2

La communauté de crillon à Parménie

Toujours l’éblouissement renouvelé : nous abordons, avec prudence, le dernier raidillon et tout en haut, depuis le huitième siècle, pleine de silence et de prière, la chapelle nous attend.

Mais cette année, l’éblouissement est aveuglant. Belledonne scintille et nous envahit de sa blancheur.

Dans une échancrure d’une ligne de crête, le sommet du Mont Blanc pointe étincelant son doigt vers le ciel pour nous inviter à prendre le temps d’entrevoir   l’éternité et sans le faire exprès, la prière de louange a besoin de sortir du cœur.

Notre communauté lasallienne (des couples de parents d’anciens élèves de La Salle – Passy-Buzenval) s’est structurée dans une activité d’accueil d’enfants défavorisés pendant les grandes vacances et s’est densifiée spirituellement dans la prière et à Parménide.

Si nos échanges et nos réflexions s’orientent dès le premier jour vers la louange, le deuxième jour, nous n’avons rien vu. Il n’y avait pas des nuages, nous étions dans le nuage.

Alors vous comprenez, le monde est feutré, l’échange est plus recueilli et dans le silence de l’émouvante chapelle, notre silence intérieur peut être rempli par la Parole.

Et puis il y a l’accueil. Les grognements énergiques de frère Gilles, les propos souriants du frère Jean Luc, les repas savoureux, le personnel disponible et attentif, les discussions sympathiques, la prière partagée, sont les ingrédients de l’atmosphère unique de cet accueil à Parmenie.

Toi qui as besoin de calme pour réfléchir,

toi qui es usé par un apostolat difficile,

toi, communauté quelque peu travaillée par des tensions mal définies,

toi qui te sens bien seul pour crapahuter sur ton chemin de vie, viens à Parmenie.

Par tous les temps, la sainte colline ruisselle de grâce.

Au retour, tu sauras que ta solitude est peuplée de frères et toi aussi dans ta paix retrouvée

« tu riras de la légende noire

où pleure un solitaire » Paul Eluard

Frère Philippe GOUAULT, pour la communauté de Crillon